Vernissage Jérôme Gelès « Écrire une image »

Quand :
6 décembre 2019 @ 19 h 00 – 22 h 00
2019-12-06T19:00:00+01:00
2019-12-06T22:00:00+01:00

Exposition Jérôme Gelès Écrire une image 
Du 3 au 21 décembre • Vernissage le 6 décembre à partir de 19h

Jérôme Gelès
Artiste plasticien fasciné par les grands inventeurs, Jérôme Gelès s’intéresse à l’ingénierie du beau dès son enfance. Dans le garage de ses parents, ses découvertes le mènent sur le chemin du fantastique, à grands renforts de catapultes à tartines et d’avions en papier.
Diplômé de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2011, il développe son propre langage artistique après une formation dans les ateliers de Tadashi Kawamata et d’Anne Rochette. Proche de l’art cinétique du néerlandais Theo Jansen, il donne vie à un monde où se mêlent allégresse et ingéniosité. Il crée une poétique du mouvement à travers des sculptures volantes. C’est suite à son séjour en Afrique et sa formation à l’École des Beaux-Arts de Kumassi au Ghana, qu’il s’intéresse aux objets du quotidien, les assemblages et la récupération.

Ces objets nous rappellent notre enfance : ombrelle de cocktail, vieux téléviseur, boîte de sardine. À travers ses figurines composée de vestiges d’objets familiers, l’artiste interroge notre rapport à la modernité en proposant une vision critique de la société de consommation.

Il se voit confier l’installation du plafond de la gare des trams à Dijon. En 2012, l’artiste remporte le Takifuji Art Award à Tokyo, prix international de jeunes plasticiens et expose ensuite à la Dorothy’s galerie, la galerie Virgile Legrand. Il participe également aux Designers’Days 2014 où il a survolé le Tout-Paris avec des drones téléguidés. La même année, l’inventeur investit le Palais de Tokyo avec ses sculptures et ses formes aériennes. L’année suivante, il présente ses sculptures volantes dont le ballon d’hélium à la Fondation Louis Vuitton.

www.jeromegeles.com

EXPOSITION

«écrire une image»

A partir d’une bibliothèque de typhographie,

Je déforme, transforme,

jusqu’a donner un nouveau langage, aux lettres, aux mots

pour pouvoir créer

des paysages fanstasmagorique,

qui questionne sur notre société.

 

 


20191025_151749(0)